Comme toute situation la vie d’indépendant a ses avantages et ses inconvénients… Nombreux sont celles et ceux qui pensent que tout est beau tout est rose, qu’on fait ce qu’on veut quand on veut !

Ben oui mais non, on a des contraintes comme tout le monde 😉 Parce que parfois ces raccourcis (un peu trop faciles) m’énervent, je vous propose un tour d’horizon de quelques un des préjugés qui nous collent à la peau et qui faussent l’image du quotidien d’un indépendant ! Allez, rectifions le tir…

C’est « bien connu » quand on est à son compte, on ….

… Travaille en pyjama

Le grand classique et cliché qui nous colle à la peau : on ne se lave pas, on ne s’habille pas, on traine en pij’ toute la journée, de toute façon qu’est ce qu’on s’en fiche on ne sort pas de chez nous… Et puis, même si on peut faire des vidéo conf’, on peut garder notre bas de pyjama en pilou pilou… Mais oui mais c’est bien sûr ! Comme tout un chacun, on « rentre » dans notre journée de boulot, et donc on se prépare, on prend un petit dej, on s’habille, se maquille …. Bref la vie normal quoi, sauf qu’on a pas de bouchons c’est vrai ! #coupable

… Bosse depuis le canapé

Télécommande en main, chocolat chaud dans l’autre, un oeil rivé sur la TV et l’autre qui zieute vite fait si un mail arrive… Que neni mon ami, en tout cas moi pour être efficace j’aime me mettre dans de bonnes conditions de travail : grand bureau bien rangé, dossiers classés, agenda organisé, cerveau éveillé, oeil frais et productivité au taquet !

… Est libres

Libres de faire ce qu’on veut et quand on veut… D’une certaine manière c’est vrai, mais c’est une liberté qui a un prix que bien trop de personnes n’ont pas en tête… Si je décide de ne pas travailler pendant une après midi, je sais ce que ça implique : retard pris sur un projet, embouteillages de priorité le jour d’après, stress supplémentaire car ça occupera une partie de mon esprit (ah zut j’ai pas fait ça non plus !) Alors oui, clairement on jouit de plus de souplesse dans notre quotidien qu’un salarié en CDI, on est bien d’accord. Mais ayez conscience que cette souplesse se paye toujours, d’une manière ou d’une autre…

… Passe notre temps à bosser ou à parler boulot

Ok, 1 partout pour ce point… C’est vrai que quand on est à son compte, son entreprise c’est un peu son bébé ! Et c’est encore plus le cas quand on se lance, il faut la faire grandir, lui donner des bases solides pour qu’elle prenne « son envol ». Alors je me demande s’il faut s’excuser de passer du temps à monter sa boîte, à dessiner les contours de son emploi, à créer de la valeur pour se sortir un (semblant) de salaire…? Très honnêtement je ne suis pas sûre, je pense que bien des gens n’auraient pas forcément le courage de faire ce qu’on fait, alors bon… Et puis il faut garder en tête l’insécurité financière de notre statut, les vacances pas toujours évidentes (voire possible) à prendre, les congés maladies qu’on a pas, les cotisations chômage / retraite qu’on n’a pas.. Bref tout ça pose les bases d’un petit stress latent chez tout indépendant, donc oui c’est normal que notre job soit un peu notre priorité les 1ères années : il faut dépasser ce cap et s’assurer une stabilité pour retrouver de la sérénité, et arrêter d’être en boucle 🙂

… Se lève à pas d’heure

Tiens bizarrement j’aurais plutôt tendance à dire que c’est l’inverse… Eh oui, on est indépendant mais on travaille pour des clients, des entrepreneurs, des agences, des sociétés, bref des gens qui se lèvent et vont au boulot comme tous les Français à 9h, et qui nous attendent, de l’autre côté de l’écran, du téléphone ou d’une tasse de café. Du coup, il faut bien qu’on soit à poste aussi pour leur répondre. Donc non, on ne fait pas de grasse matinée la semaine, par concre on peut faire beaucoup plus souvent des soirées à rallonges, et être sur pied tout aussi tôt le lendemain matin (#pasderepospourlesbraves) …

… Est des arnaqueurs

Ben oui, après tout, on a tous un cousin d’un pote qui manie photoshop et wordpress, et qui peut te faire un logo et/ou un site pour 3 cacahuètes et demi ! Alors quand on arrive avec notre proposition budgétaire, qui reflète toute l’expérience et le professionnalisme qu’on a, parfois on passe pour des charlatans… Sauf qu’un pro, ça se paye, et à un certain tarif défini par le marché (et par nous-même). C’est comme les travaux dans une maison, tu pourrais faire la peinture du salon tout seul ou avec ton entourage, mais tu sais que ça va te demander du temps, de l’énergie, que le résultat sera sans doute approximatif. Ou bien tu fais le choix de déléguer à un pro, tu sais que ça va te coûter un peu plus cher mais que ça sera clean, net, précis, et que ça vaudra le coup. Eh bien nous c’est la même chose, d’autant plus que c’est ce qui nous fait manger, vivre. On a fait des études, on a acquis de l’expérience, on propose une valeur ajoutée, un oeil, une patte, un relationnel (peu importe mais on a tous ce petit truc en plus), et c’est ça aussi que vous venez chercher, mais vous n’en avez pas toujours conscience. Réfléchissez-y la prochaine fois que vous trouverez un devis un peu trop élevé 😉

… Est en vacances tout le temps

Ça rejoint un peu l’idée de la liberté de temps, sauf que je voudrais juste souligner que je connais très peu d’indépendants qui prennent de vraies vacances. Celles et ceux qui ont une famille le font plus facilement, mais tous les autres n’ont pas l’air d’avoir pris cette (bonne) habitude. Eh oui, pour prendre des vacances, ça veut dire qu’on ne bosse pas, car quand on s’arrête on n’a pas un collègue à qui transférer notre charge de travail. Donc il faut anticiper au maximum, tout boucler avant de partir, prendre de l’avance sur la todo du retour pour ne pas se retrouver le bec dans l’eau en rentrant, et surtout bien gérer sa facturation pour avoir des sous pour les vacances, et des sous en rentrant ! Car oui, quand on travaille pas, ben on gagne pas d’argent, c’est aussi simple que ça…

… N’a plus de compte à rendre

Au patron, aux collègues, aux partenaires, à personne quoi… Ben non en fait ! Certes, on n’a plus de supérieur sur le dos pour nous dire quoi faire et comment le faire, par contre (et heureusement d’ailleurs), on a des clients ! Et par extension, ce sont eux qui nous demandent des comptes. Alors ok, ça n’est pas exactement comparable à une relation de subordination avec un manager ou un patron, mais il n’empêche qu’il faut bien tenir ses engagements envers eux, sans quoi ils ne resteront pas longtemps nos clients !

Et toi dans tout ça, qu’est ce que t’en penses ? T’en as aussi marre des clichés sur la vie d’indépendant ? Écris moi et on en parlera 😉

À PROPOS

En tant que coach en communication, je partage ici des conseils, astuces, savoir-faire et compétences dans l’univers de la communication, pour commencer à vous transmettre ce que je sais !

Vous trouverez aussi des articles sur 2 thématiques transversales : l’épanouissement et l’organisation d’un entrepreneur. Regroupés en 3 catégories, j’espère qu’ils trouveront écho en vous, et surtout vous seront utiles…

CATÉGORIES